[ LA FICHE ] : Dreamville - Revenge Of The Dreamers III

August 5, 2019

 

Les jeux de pouvoirs dans la sphère hip-hop se sont toujours apparentés aux cycles de domination au sein des grandes ligues sportives. Une team émerge au bon moment et elle impose ses tripes à la concurrence et surtout à l'audience. Mais au sein d'une culture aussi prolifique, la concurrence est toujours à l'affût du moindre moment de flottement. Dans cette quête, J. Cole, éternellement cantonné à son personnage de virtuose en marge, est en train de faire aboutir son plan. Lentement mais surement assemblé sur plusieurs années, son label Dreamville, qui compte dans ses rangs les rappeurs Bas, JID, Earthgang, Cozz, Omen, Lute et la chanteuse Ari Lennox, se retrouve enfin aux portes du trône. Le mois dernier, le chef d'orchestre a lancé une offensive qui pourrait bien se révéler décisive : le troisième projet collectif Revenge of the Dreamers. Le plus hypé, le plus médiatisé, le plus chargé. Et le plus abouti ?

 

✔  validÉ

 

 

 

 

Collectif : Fondé au départ comme un label au sens strictement business du terme, Dreamville s'est vu insuffler une vraie dynamique familiale par ses deux fondateurs J. Cole et Ibrahim Hamad (le frère de Bas) au fil des dernières additions que furent les signatures d'Ari Lennox, de J.I.D. et d'Earthgang. Au point d'apparaître aujourd'hui comme un véritable collectif aux yeux des observateurs avide de découvrir des noms prometteurs. Dans la mesure où TDE n'a plus proposé d'initiative collective depuis longtemps et à l'heure où il devient compliqué pour le A$AP Mob et Beast Coast de se maintenir, il y a clairement là un créneau duquel s'emparer. Et comme une team ne peux atteindre les sommets sans véritable leader, J.Cole trouve au travers de ce rôle une occasion de rafraîchir l'image de lyriciste un peu barbant que les haters voyaient en lui malgré son talent incontestable.

 

 

Lyricisme :  Si le but premier de la compilation est de démontrer la force de frappe de Dreamville, Revenge of the Dreamers III contient quelques très bonnes performances individuelles, tant sur le plan technique que sur l'écriture. Ce n'est pas un scoop, la ligne directrice du label a toujours préféré les textes profonds et les intrus feutrées et introspectives (PTSD, Sleep Deprived) aux ambiances traps et émo-rap dominantes dans le rap game actuel. Cette formule "à l'ancienne" attise quelque peu la flamme d'un revival 90's qui commençait clairement à passer de mode. Et la troupe de J.Cole remporte le pari qu'elle s'était fixée : ramener le lyricisme au sommet des charts US.

 

 

 

 

✘  signalé

               

                                 

Clarté :  Il y a du monde sur cet album. Beaucoup trop de monde. Au moment d'envoyer les fameux cartons d'invitation (véridiques) pour les sessions studios, J. Cole s'est quelque peu enflammé au détriment de l'équilibre du projet et est passé à côté d'une belle occasion d'offrir "du temps de jeu" aux membres les moins médiatisés de son label. Voir des invités extérieurs comme Buddy et Guapdad 4000 être présents sur plus de pistes que des pensionnaires de Dreamville comme Cozz, Lute et Omen est incompréhensible et presque indéfendable. Même des artistes en vue comme Bas et Ari Lennox semblent noyés au milieu de 25 (!!!) invités qui finissent par donner à l'ensemble une allure impersonnelle.

 

 

Visuel :  Le volet concernant la promo visuelle est certes moins fondamental que le contenu artistique mais mérite néanmoins d'être abordée. Pour créer d'autant plus d'effervescence autour d'un projet aussi hypé que Revenge Of The Dreamers III, les fans auraient pu s'attendre à ce que Dreamville mette les petits plats dans les grands au niveau des supports visuels de promo. On aurait vraiment aimé avoir un ou deux clips (autres que celui de Middle Child qui date déjà de quatre mois) à se mettre sous la dent pour accompagner la sortie de  la compilation. Or, un mois plus tard, toujours rien d'autre qu'un documentaire sur les sessions studios, certes intéressant mais long d'une demi heure et qui aurait sans doute été plus pertinent dans un timing mieux géré.

              

                la Note : 8/10

 

       

  ► Écoute revenge of the dreamers iii

 

                

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

© 2017 by La Fièvre. Created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now