[ LA FICHE ] : Goldlink - Diaspora

June 24, 2019

 

Depuis une petite année, Goldlink y allait à tatillons. Retour ou pas retour ? Un petit clip court-métrage par ci (Got Friends), un petit single sans lendemain par là (Got Muscle), et un second passage dans COLORS pour la route (Justine's Interlude), l'artiste de Washington D.C. ne semblait pas pressé par le temps puisque son précédent album, l'excellent At What Cost, n'a que deux ans d'âge. Finalement, c'est après la sortie en grande pompe de Zulu Screams, en feat. avec Maleek Berry et Bibi Bourelly, que les choses ont pris la forme d'une annonce imminente. Voici Diaspora, le nouvel album de Goldlink. Et derrière ce titre peu anodin se cachent quelques surprises.

 

✔  validÉ

 

 

 

 

Diversité : Pour élaborer l'approche internationaliste annoncée dans le titre de son album, Goldlink passe assez logiquement par de nombreuses collaborations avec des artistes issus des quatre coins de la black music. Ce concept implique forcément une grande variété dans les instrus proposées. Avec les invitations des nigérians Maleek Berry et Wizkid, des afro-british Jay Prince et Ari PenSmith, ainsi que du groupe haïtien WSTRN,  Diaspora nous embarque entre des sonorités afropop, caribéennes, et bien sûr hip-hop et R&B. Les afro-américains Pusha T et Tyler the Creator viennent quant à eux mettre un point d'exclamation sur un casting audacieux.

 

Prod : Malgré ce tournant inédit dans sa trajectoire, Goldlink n'abandonne pas pour autant ses premiers amours. Popularisé grâce à des producteurs comme Kaytranada et Falcons dont il était l'une des voix préférées, l'artiste avait imposé ce son "future beat" (dont la particularité est de faire se rencontrer les univers hip-hop et R&B avec des productions électroniques) comme une véritable marque de fabrique depuis ses premiers projets. Au delà du single Joke Ting, ces habitudes sont devenues plus discrètes sur Diaspora. Elles se manifestent désormais de manière plus subtile, imbriquées dans les autres apports mentionnés plus haut.

 

Flow : Si Goldlink a réussi à se faire un nom grâce à un univers musical électronisé rafraîchissant, il est avant toute chose un excellent rappeur. Cet album compte d'ailleurs quelques démonstrations techniques comme Maniac, No Lie, ou Coke White/Moscow, qui prouvent encore largement qu'il possède l'un des meilleurs flows du game actuel. Mais Diaspora a beau être une ode au brassage d'influences musicales, on n'en sent pas moins une réelle volonté de garder l'église au milieu du village : Goldlink a les deux pieds bien ancrés dans la culture rap.

 

 

 

 

✘  signalé

               

                                 

Repères : Compliqué de jouer à l'avocat du diable quand on ne dispose pas d'arguments infaillibles. Diaspora est bien une réussite difficile à nier. La seule démarche qu'un fan de Goldlink pourrait éventuellement lui reprocher est d'avoir délibérément brouillé les pistes avec un album aussi varié. Une prise de risque à saluer mais qui peut se révéler déstabilisante au premier abord, quand on ne l'a pas encore apprivoisé. En effet, les repères qui régissaient son univers artistique jusque-là ont été quelques peu bousculés puisque c'est un titre afropop qui se retrouve propulsé comme single-vitrine du projet. Quant aux vibes néo-soul gentillettes qui ont fait le succès du bonhomme dans COLORS, elles ont été reléguées au dernier rang des priorités, derrière des ambiances purement rap qui ont, par contre, rempli plus de place qu'à l'accoutumée.

              

              la Note : 8/10

 

       

              ► Écoute diaspora ♫

                

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

© 2017 by La Fièvre. Created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now