[ LA FICHE ] : ScHoolboy Q - CrasH Talk

May 2, 2019

 

On le sait, le calendrier de sorties du label T.D.E. (Top Dawg Entertainment) est soigneusement planifié et chaque artiste du roster est prié d'attendre son tour. En septembre, c'est le coeur lourd que ScHoolboy Q a décidé de passer le sien suite au décès de son grand ami Mac Miller. Il a donc fallu attendre de longs mois d'un deuil bien légitime pour voir le rappeur de Los Angeles donner, avec CrasH Talk, une suite très attendue au solide Blank Face LP. Après deux ans et demi de séchage des classes, que retenir du retour de l'écolier le moins innocent du game ?

 

✔  validÉ

 

 

 

 

Univers : Parmi les rappeurs du label TDE, ScHoolboy Q a toujours proposé les ambiances les plus vicieuses, en décalage par rapport aux textes engagés de Kendrick ou au rap plus "classique" de Jay Rock, notamment. En ce sens, CrasH Talk ne déroge pas à la règle et confirme même cette tendance en explorant davantage l'atmosphère noire entraperçue sur son précédent opus avec les singles Groovy Tony et Dope Dealer. Prolongé sur un projet entier au travers de titres comme Gang Gang, Numb Numb Juice, 5200 ou Die Wit Em, cet univers froid et hostile fait de CrasH Talk l'album à ne surtout pas passer en nocturne dans sa bagnole quand on nourrit des envies de vendetta alcoolisées. Même si le format "banger" de Chopstix et Lies peut un tant soit peu calmer les esprits.

 

Production : Ce n'est probablement pas l'aspect qui vous marquera en premier lieu à l'écoute de l'album. Pourtant, en tendant l'oreille, on remarque vite que les instrus, aussi froides et sombres soient elles (Drunk, Water), regorgent de ces petits éléments subtils qui caractérisent les productions pointues. Pour la majeure partie de Crash Talk, elles servent justement à élaborer l'univers glauque décrit plus haut en supportant à merveille le flow nasillard, parfois maléfique, de ScHoolboy Q (Die Wit Em, Gang Gang, Attention). Et sur certaines pistes abouties, elles peuvent même venir voler la vedette au personnage principal (CrasH, Dangerous).

 

 

✘  signalé

 

                 

 

                                 

Répétition : Pour résumer, CrasH Talk démarre fort et termine fort. Entre les deux, le ventre mou de la tracklist l'est autant au propre qu'au figuré. La faute, sans doute, à quelques titres sans trop de saveur ni d'intérêt comme Black Folk, Floating ou Lies. Mais aussi et surtout à une formule qui, même si elle est à la base de l'identité sombre et hostile qui colle à l'album, peut parfois sombrer dans la répétition. Plusieurs morceaux misent grosso modo sur la même recette qui, au final, peut progressivement perdre l'attention de l'auditeur. S'il n'en restera probablement que le sympathique Chopstix en club hip-hop, CrasH Talk n'en demeure pas moins un bon album de rap à destination des 24-30 ans qui ont connu les heures de gloire du bonhomme.

              

              la Note : 7/10

 

       

             ► Écoute crash talk ♫

                

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

© 2017 by La Fièvre. Created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now