[ LE PROFIL ] : Josman, héritier du trône de France ?

October 1, 2018

photo : Youtube

 

Le 14 septembre, l'un des plus grands espoirs du rap français sortait J.O.$, un premier "véritable" album studio qui l'installe déjà au centre du game. Analyse d'un phénomène qui va marquer de son nom les prochaines années.

 

Recontextualisons d'abord. Josman, c'est un MC ambitieux qui, en 2013, devient le plus jeune vainqueur de la renommée compétition d'improvisation rap End of the Weak. Josman, c'est ensuite l'élève qui, deux ans plus tard, crève l'écran dans l'émission MasterClasse, scotchant Orelsan et le public avec ses talents d'impro, toujours. Et Josman, c'est aujourd'hui un rappeur en pleine ascension, fort de trois mixtapes solides et, désormais, d'un premier album qui le fait passer du statut de rookie prometteur à celui d'héritier désigné du trône de France. Le trône duquel un Booba vieillissant finira bien par descendre un jour. Pour mieux prendre la mesure de l'artiste et de sa rentrée fracassante, La Fièvre s'est penchée de plus près sur les différents aspects du “jeu” que Josman déploie sur ce premier gros test que représente J.O.$. Un peu comme si on devait établir sa fiche de stats sur FIFA 19.

 

Les notes

 

 

Flow (8) : Ces dernières années, le rap français a eu le mérite de se montrer inventif avec, notamment, le flow chantonnant de Damso, le flow hurlant de Niska ou le flow ... sans flow de PNL. Au milieu de ces expérimentations, le style plus maîtrisé de Josman a quelque chose de rassurant. Mais rassurant ne signifie pas pour autant sans prise de risque. Au contraire même, puisque ses références traversent les époques, de l'influence évidente des X-Men sur L'Occasion et sur Ce Soir J'Achèterai Un Flash jusqu'à celle de Travis Scott sur Loto ou XS. Une offre très variée dans laquelle chacun pourra se retrouver, que l'on soit fan de flows rapides et consistants à l'ancienne ou de triplet flow sudiste.                                  

 

Lyrics (6) : La diversité du contenu proposé découle naturellement de celle démontrée dans la catégorie précédente. Là où les singles Loto, Wow, et Sourcils Froncés dévoilent avant tout une volonté d'entertainment, le reste de  l'album recèle quelques pépites comme Fucked Up 3 ou Un Zder Un Thé ou dont le caractère plus introspectif culmine ensuite sur L'Occase et sur Ce Soir J'Achèterai Un Flash. J.O.$ offre donc autant de divertissement que de moments de réflexion intimistes. Cependant, on ne va pas se mentir, certains titres étaient loin d'être indispensables à l'ensemble. On pense à XS, BIZ ou J'Aime Bien, tant ils semblent nettement en dessous des trois autres quarts de l'album. Le bilan reste malgré tout positif, mais on guettera avec attention les progrès de Josman dans cette catégorie. Il s'agira de contourner certaines rimes trop faciles et de soigner son obsession pour le cash.

 


                                                                                                                  

prod’ (9) : Si les rappeurs eux-mêmes sont rarement aux manettes, les choix qu'ils posent pour s'entourer dans ce domaine peuvent témoigner d'un certain sens tactique. Et sur ce terrain, on peut crier haut et fort que Josman a eu le nez creux en fraternisant avec le producteur Eazy Dew qui, en signant 11 des 14 instrus de l'album, parvient à sublimer le rappeur sur toutes les surfaces : trap (Loto, DLVrai, V&V),  cloud rap (Time, Un Zder Un Thé) ou old school (L'Occasion, Ce Soir...). Certaines intros pourraient même très vite devenir icôniques (Sourcils Froncés, Wow, Ce Soir...). 

 

 

Aura (7.5) : La présence d'un artiste, même à l'écoute, est une qualité décisive parce qu'elle peut conquérir un public en faisant parfois oublier d'autres lacunes. En dévoilant sa palette de talents avec une confiance en son game palpable de bout en bout, Josman tient là son entrée définitive dans la cour des rappeurs français respectés. Les fans de la première heure pourront claironner un "Je l'ai dit bordel" de satisfaction. Tandis que ceux qui le découvrent seulement ont droit, sur J.O.$., à une présentation détaillée du personnage et de son univers propre fait de flows maîtrisés et de refrains efficaces sur des productions marquantes. Bref, Josman entame son ascension inéluctable avec le meilleur album de rap francophone de l'année, period.

 

 

 

 

  Note globale : 7.5/10          

 

► Écoute J.O.$ ♫        

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

© 2017 by La Fièvre. Created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now