[ PowHer ] : Megan Thee Stallion, le flow à sang pur-sang

June 11, 2019

photo : Youtube

 

À l'heure où pleuvent les hommages à la mémoire de Bushwick Bill, la scène de Houston est peut-être en train d'écrire sa toute nouvelle légende : celle de Megan Thee Stallion, rappeuse dont l'aura ne faiblit pas depuis un Stalli Freestyle tout feu tout flammes balancé sur Youtube à la fin 2017. Pour ce nouvel article de notre série thématique [PowHer], consacrée au souffle féminin qui déferle en ce moment sur le rap, on vous décortique le profil de cette nouvelle sensation qui combine talent technique, personnalité bien solide et conscience engagée. Tous les ingrédients pour devenir une figure majeure dans un paysage rap US en pleine mutation.

 

Le profil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parcours : Baladée en studio par sa rappeuse de mère, Megan Pete développe et pratique dès son plus âge sa passion pour la culture hip-hop. À son entrée à l'université, après des années d'entraînement sous surveillance maternelle, celle que l'on désigne par le terme sudiste "Stallion" pour sa grande taille devient instantanément la star de son campus en affrontant d'autres apprentis rappeurs. Mais Megan a la tête bien vissée sur les épaules et n’entend pas du tout trahir la promesse qu’elle s’est faite à elle-même : “Ne laisse pas le rap te distraire des études, mais ne laisse pas non plus les études te distraire du rap”. Un exercice d’équilibriste qui s'avérera payant puisque, après deux premières mixtapes, le buzz de son Stalli Freestyle attirera l'attention nationale nécessaire au succès d'un troisième projet, Tina Snow, qui la révélera définitivement avec des singles comme Freak Nasty ou Big Ole Freak.

 

 

Univers :  Pour ses 24 ans, Megan Thee Stallion affiche une mentalité plutôt surprenante dans son approche protectrice des traditions hip-hop. Originaire de Houston, une ville qui comprenait il y a quelques années une scène très active et respectée localement, elle ne manque aucune occasion de promouvoir cet ancrage et cet héritage dans ses lyrics. Mais ce que Megan veut par dessus tout, par opposition à ce qu'elle appelle avec mépris les “rappeurs à onomatopées” tel que Lil Uzi Vert ou Playboi Carti, c'est faire de sa technique de flow impressionnante l'arme centrale de son univers artistique. Tant sur Tina Snow que sur Fever, son nouvel album fraîchement sorti à la mi-mai, il est impossible de rester de marbre devant l'aura assurée, affirmée, voire arrogante, qui en découle. Et ce, que les instrus servent à attiser ce flow ou  au contraire, à l'adoucir (Good At, Big Ole Freak).

 

 

 

Message : En interview pour The Fader il y a quelques semaines, l'artiste déclarait : "Les critiques sont plus dures envers nous les rappeuses qu'envers les mecs. On n'a pas le droit de se permettre de rapper à moitié si on veut une chance". Un plafond de verre que Megan Thee Stallion compte bien faire voler en éclat en ne permettant aucune concession sur sa manière d’incarner son personnage. Notamment au travers de textes traduisant une sexualité dominante, tout comme la majorité actuelle des rappeurs masculins à qui on ne demande d'ailleurs jamais de s'en expliquer. Il s'agit, là aussi, d'un ligne de conduite plus que jamais répercutée sur son nouvel opus Fever, comme le démontre sans trop d'équivoque le clip de son premier single, Realer

 

 

Personnalité : S’il y a bien un aspect de sa célébrité fraîchement acquise que Megan Thee Stallion prend un soin particulier à cultiver, c’est l'échange qu'elle a instauré avec son public. Dernièrement, dans un geste qui prouve sa gratitude envers ces fans qui l’ont portée vers le succès à coups de vues et de streams, la rappeuse a mis la main au portefeuille pour payer les funérailles d’une jeune fille tuée en revenant de l'un de ses concerts. Dans l’autre sens de cette relation donnant-donnant, elle demande à ses "hotties" (le nom affectueux par lequel elle désigne ses fans) de la soutenir dans son combat pour la cause écologique quand elle veut les conscientiser à la sur-consommation de plastique ou lorsqu'elle organise des sessions collectives de nettoyage de plages.

   

     ► Écoute tina snow

               & fever

           

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

© 2017 by La Fièvre. Created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now