[ PowHer ] : Rico Nasty, la rage dedans

May 31, 2019

 

Depuis longtemps, le rap traîne une réputation de genre musical sexiste dans lequel les femmes doivent démontrer un talent exceptionnel pour espérer exister au-delà de rôles stéréotypés. Ces dernières années, pourtant, les choses sont en train de s'accélérer dans le bon sens grâce à vague féminine presque sans précédent qui ouvre subitement un horizon de nouvelles perspectives. Afin de célébrer cette reconquête du genre (dans tous les sens du terme) par les rappeuses, il nous paraissait impératif d'inaugurer une nouvelle série d'articles thématiques baptisée [PowHer]. La recette est très simple : vous faire découvrir les rappeuses les plus talentueuses du moment, si toutefois il était possible d'en faire le tour, au travers de portraits concis mais efficaces. Et cette semaine, on commence en force avec Rico Nasty, une artiste qui fait déjà beaucoup de bruit !

 

Le profil

 

 

Parcours :  Après plusieurs mixtapes qui lui ont permis de conquérir un public grandissant depuis le lycée, notamment grâce à  Soundcloud et à un spot sur la B.O. de la série Insecure, c'est véritablement sur le projet Nasty (2018) que l'identité artistique de Rico Nasty se définit telle qu'on la connait aujourd'hui. Suite à son passage dans COLORS, mais surtout à sa performance détonante à Coachella, son univers et sa personnalité fascinante ont définitivement captivé l'attention de la presse américaine, au point de devenir un des phénomènes les plus hypés du moment outre-Atlantique. Le buzz autour de sa collaboration avec Doja Cat (autre rappeuse en pleine ascension) sur le single Tia Tamera, ainsi que la sortie de son nouvel album Anger Management il y a un mois, laissent penser que 2019 pourrait bel et bien être l'année de la consécration pour Rico Nasty.

 

Ton :  À l'écoute des projets Nasty et Anger Management, on est d'emblée frappé par une personnalité tranchante. Car Rico Nasty n’est pas exactement un profil que l'on pourrait définir par le qualificatif "chill". Au fil des mixtapes et de drames personnels (mère à 18 ans, décès de son petit ami et père de l'enfant) qui ont forgé sa détermination à vivre et réussir, son flow très énervé est devenu une véritable marque de fabrique. En parcourant les tracklists de ses deux derniers albums, vos tympans comprendront vite l'importance du gimmick “Kennyyyyy”, régulièrement lâché en intro de ses titres. Adressé à Kenny Beats, son producteur attitré, ce cri de guerre annonce généralement une instru agressive taillée pour lui permettre de  déverser des litres d'une rage visiblement emmagasinée depuis bien trop longtemps. 

 

 

 

 Influences :  Née d'un père lui-même rappeur, son éducation musicale n'a pas empêché Rico Nasty de vouloir élargir ses horizons artistiques en grandissant puisqu'elle admet être influencée par Slipknot, notamment. Sur une bonne partie de ses morceaux récents, on peu d'ailleurs entendre de la guitare électrique supporter les intonations punk que la rappeuse arbore dans sa voix (Trust Issues, Rage, Cold, Roof). À l'instar des groupes City Morgue et $uicideboy$, de Scarlxrd ou occasionnellement de Denzel Curry, Rico Nasty s’inscrit donc très clairement dans une tendance étonnante qui commence à prendre forme chez les jeunes rappeurs : ne pas hésiter à puiser son inspiration dans divers courant du rock, souvent le metal et le punk, pour en appliquer les ingrédients aux beats hip-hop.  

 

 

Imagerie :  Évidentes à l'oreille, ces influences se prolongent dans toute l’identité visuelle que Rico Nasty construit autour de son oeuvre. Un petit tour sur son profil Instagram permet de constater que l'artiste exprime son art autant à travers son look qu'à travers la musique. Contribuant là aussi à faire renaître l'imagerie rock au travers du hip-hop, elle prend un soin tout particulier à reproduire méticuleusement certains des accoutrements les plus extravagants des mouvement glam rock, punk et gothique. C’est donc en proposant un univers complet et cohérent, depuis le son jusqu'à l'image, que la rappeuse Rico Nasty est en passe réussir un pari ambitieux. Celui d'imposer son nom dans la relève post-trap du hip-hop US en marquant instantanément les esprits de ceux qui la découvrent au détour d’un clip, d'une capsule interview ou d'un article comme celui-ci. 

 

         ► Écoute nasty &

        anger management

                   

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

© 2017 by La Fièvre. Created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now