[ THE MAP ] : Anvers Arrive ! (2ème partie)

January 28, 2018

 

Dans une nouvelle série d'articles thématiques baptisée "THE MAP", en référence à la Rap World Map, nous vous proposons de parcourir la planète hip-hop en faisant plusieurs escales dans des places fortes du game ou des endroits injustement négligés. Point de départ à domicile : Antwerp City !

 

Alors que le rap belge est sur son petit nuage, on a le sentiment que toutes les rimes mènent à Bruxelles. Actuellement considérée comme l'autre place forte du rap "français" (aux côtés de Paris),  la capitale belge et européenne est souvent présentée, à raison, comme un véritable vivier de talents. Si l'on peut sans problème comprendre que les médias  hexagonaux raisonnent en terme de marché linguistique, un autre constat est moins agréable à tirer : en Belgique francophone, la couverture des artistes hip-hop flamands n'est pas à la hauteur du niveau qu'ils affichent. La Fièvre a choisi de pallier à ces lacunes en proposant de s'attarder sur le cas d'Anvers, une ville à la carrure internationale qui a plus d'un argument à faire valoir dans la comparaison avec BX. Après une première partie consacrée à K1D, Blackwave, Coely et Dvtch Norris, on passe en revue la seconde moitié des troupes.

THEcolorgrey

 

 

Le moins que l'on puisse dire à l'écoute de Rebelation, c'est qu'il n'y a pas deux titres qui se ressemblent. Will Michiels, aka TheColorGrey, est un artiste d'une incroyable polyvalence, capable d'amener son auditeur de la soul la plus cozy à un lourd beat de trap, en passant par du jazz-rap, sans jamais dégager une impression d'incohérence. Il a simplement choisi d'embrasser toutes les facettes des musiques afro-américaines contemporaines pour nous les servir à sa sauce maison. Et la suite arrive très bientôt avec la sortie de son second opus prévue pour fin mars. À bien analyser chacun des profils de cette liste, il nous apparaît que TheColorGrey est sans doute celui qui dispose du plus d'armes pour s'imposer durablement dans le paysage européen. Le fait d'avoir parfaitement compris que le présent et l'avenir se jouait sur une fusion bien dosée de rap et de R&B sera un sérieux avantage dans la quête de cet objectif. 

 

 

 

 

Darrell cole

 

 

 

Quand une distribution est aussi complimentée, c'est peut-être moins inavouable d'avoir son petit préféré. Si on vous l'avait présenté comme rappeur new-yorkais de la mouvance Beast Coast, vous nous auriez très certainement cru. Et pour cause, le son de Darrell Cole évoque sérieusement les 90's de la Big Apple. Preuve que cette allégeance n'a pas été prêtée sur le tard, sa mixtape de 2014, Uncut Diamond : The Prequel, était déjà un modèle du genre avant les touchants B.O.A.T.S. et Take Me Away. Mais plus qu'un simple disciple de Joey Bada$$ & co, Darrell Cole est l'un des tout meilleurs rappeurs du royaume doublé d'un militant qui n'oublie pas d'où il vient. En ouvrant son studio aux jeunes de sa cité, il a su réinvestir ses modestes retombées au profit des siens. 

 

 

 

 

woodie smalls

 

 

Le colosse Woodie Smalls a fait une entrée tonitruante dans la sphère hip-hop belge en 2015 avec The Soft Parade. Un premier album qui lui a permis de devenir l'anversois (il est en réalité originaire de Sint-Niklaas, mais on ne va pas chipoter pour quelques kilomètres) le plus connu avec Coely et même de se construire une petite notoriété dans les pays limitrophes. Avec des titres comme Champion Sound, About the Dutch ou Night Slugs, Woodie a donc séduit, nous y compris. Mais depuis, on lui en veut... Parce qu'après tout le cycle lié à la sortie de ce bon album, il nous tease tous les six mois avec des singles clippés plutôt accrocheurs (dont Planet Shrooms, Tokyo Drift et Problems à voir ci-dessous) avant de disparaître derrière un écran de fumée. Sans doute une manière pour lui de nous faire bouillir d'impatience, et ça marche. À quand la suite, Woodie ?! 

 

 

 

 

Blu samu

 

 

On ne connaît pas encore grand chose sur cette jeune anversoise d'origine portugaise, si ce n'est qu'elle est pote avec les bruxellois du 77 qu'elle rejoint souvent sur scène ou en featuring. On a pourtant choisi de l'inclure dans ce casting parce qu'on sent qu'elle est porteuse d'une identité propre et que, sous peu, il peut réellement se passer quelque chose avec elle. Cet article est donc une bonne occasion de faire les présentations au travers de son premier single I Run, ainsi qu'un live de Ode to the Sun, ci-dessous, qui vous donneront un bon petit aperçu de son univers. Un autre talent que l'on ne demande qu'à découvrir davantage.

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

© 2017 by La Fièvre. Created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now